فيلم The Wicker Man 2006 | فيلم The Shadows 2014 | فيلم Eat local 2017

Accueil / Société / News société / Prendre des photos sous les jupes des femmes, bientôt puni en Angleterre ?

© istock
Société

Prendre des photos sous les jupes des femmes, bientôt puni en Angleterre ?

par Anais Moine le 13 septembre 2017
86 partages

Le terme anglais "upskirting" caractérise le fait de regarder ou de prendre des photos sous la jupe d’une femme, une pratique particulièrement humiliante et dégradante donc. Pourtant, jusqu’alors, les auteurs de ces actes n’étaient que rarement punis en Angleterre, comme dans la majorité des pays d'ailleurs. Une récente pétition va peut-être changer la donne…

S’il est établi que le fait de regarder sous la jupe d’une femme ou de photographier ses parties intimes sans son consentement revient à violer son intimité, dans les faits, la loi, ici britannique, n’est pas si catégorique. En effet, cette forme de harcèlement sexuel ne répond pas aux différents cas répertoriés dans les textes juridiques et laisse donc les nombreuses victimes de ces actes pervers démunies.

Gina Martin est la jeune femme à l’origine de la polémique concernant l’upskirting chez nos voisins Britanniques. Alors qu’elle participait à un festival de musique en juillet dernier, un homme a pris à son insu une photo sous sa jupe avant de la partager à son groupe d’amis. Choquée, l’Anglaise s'est rendue au commissariat pour porter plainte. C’est alors qu’elle a découvert que de nombreuses femmes venaient pour le même motif. Or, les policiers lui apprennent que peu d’entre elles vont au bout de la procédure car aucune loi ne les protège et qu’elles ne bénéficient même pas du droit à l’anonymat.

De plus, comme la grande majorité des pays, l’Angleterre n’a pas encore adapté son système juridique aux crimes liés à l’arrivée des nouvelles technologies. Beaucoup de personnes ont aujourd’hui accès à un smartphone, ce qui multiplie les cas de photographies prises sans consentement préalable.

Dans une tribune rédigée pour le Telegraph, Gina l’assure, il faut que les choses changent car les faits reportés sont extrêmement graves : "Ce n’est pas parce que vous ne touchez pas une personne que cela signifie qu’elle ne se sent pas comme violée par vos actes".

La jeune femme a ainsi lancé une pétition en ligne afin de combler ce vide juridique. Rapidement, elle a atteint près de 65 000 signatures. Les médias se sont emparé de ce débat et les politiciens ont été pris à parti. Selon The Guardian, le gouvernement britannique envisagerait donc de pénaliser cette pratique.

David Lidington, secrétaire d’Etat à la Justice, a ainsi déclaré aux députés prendre "très sérieusement" en compte la question de l’upskirting. Richard Burgon, député travailliste qui a lui-même signé la pétition, a affirmé qu’il ne fallait pas "tarder" à prendre des mesures car "Tout retard supplémentaire verra la justice être refusée à de nombreuses femmes qui souffrent déjà de cette pratique honteuse"

En France, les dépôts de plainte contre ce genre de "délits" mènent rarement à une condamnation. En effet, en théorie, l’upskirting relève d’une "atteinte à l’intimité de la vie privée", infraction pouvant entraîner une peine d'1 an de prison. Malheureusement, dans les faits, la justice peine encore à condamner ces pratiques.

Espérons que l’Angleterre, comme la France, s’inspirent de l’Ecosse qui a légiféré sur ces crimes depuis 2009.

Voir aussi : Les violences faites aux femmes

Découvrez les campagnes choc contre les violences faites aux femmes © Plan UK 2014/Yves Karew 2011/King Khalid Charitable Foundation 2013

A lire aussi : En Irlande, violer une personne inconsciente est toujours légal

Pour suivre l'actu, abonnez-vous à la newsletter buzz

par Anais Moine 86 partages

vous aimerez aussi

par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin