Accueil / Société / News société / En Inde, un homme vole le rein de sa femme pour le revendre

© IStock
Société

En Inde, un homme vole le rein de sa femme pour le revendre

par Madeleine Saliceti le 12 février 2018
403 partages

Une femme indienne accuse son mari de lui avoir volé un rein avant de le revendre pour se faire de l'argent. Selon elle, l’organe aurait été retiré alors qu'elle pensait être opérée de l’appendicite.

L'histoire racontée par cette Indienne fait froid dans le dos. Rita Sarkar -28 ans- accuse son mari de lui avoir volé un rein pour se venger de la dot non versée par la famille de la mariée, racontent The Hindustan Times et The Telegraph India.

La jeune femme - habitante du Bengale-occidental - a porté plainte vendredi 2 février. Elle raconte le vol le de son rein à son insu alors qu'elle pensait être opérée de l'appendicite.

Son mari, commerçant de profession, aurait réalisé le vol de l'organe avec l'aide de son frère et de sa mère. L'homme en colère contre sa belle-famille - coupable de ne pas avoir honoré sa dot de mariage qu’il attendait depuis 12 ans - n’a rien trouvé de mieux que de prendre un rein à sa femme afin de le vendre. La vente d’organes - pourtant officiellement interdite dans le pays depuis 1961 - est particulièrement lucrative.

Il y a deux ans, rapporte The Telegraph, Rita rencontre une douleur aiguë au niveau de l'abdomen. Son époux expose le problème à son mère et son frère et tous partent Calcutta dans une clinique privée pour que Rita y soit opérée.

"Il y a environ deux ans, j'ai commencé à souffrir de douleurs aigües à l'estomac. Mon mari m'a amenée dans une clinique privée à Calcutta, où le personnel médical et lui m'ont dit que ça irait mieux après l'opération de mon appendice enflammé", raconte Rita Sarkar dans The Hindustan Times.

Mais les douleurs ne se seraient pas arrêtées. Pire encore, elles se seraient intensifiées suite à l'opération. Le mari de Rita aurait alors commencé à ignorer les supplications de sa femme, refusant même de la conduire chez un médecin et d'évoquer son opération.

Ne supportant plus la douleur, Rita demande à des proches de ses parents de l'emmener à l'hôpital. Les médecins qui l'examinent sont formels : son rein droit a disparu.

«J’ai compris pourquoi mon mari m’implorait de rester discrète quant à mon opération», se souvient-elle. Elle précise: «Il a vendu mon rein parce que ma famille ne pouvait payer la dot qu’il espérait».

Interrogés par la police, le mari et son frère ont avoué qu'ils avaient vendu le rein de Rita à un homme d'affaires de l'Etat du Chhattisgarh. Le mari aurait bel et bien agi en compensation d’une dot que sa belle-famille ne lui a jamais versée. Cette pratique est pourtant interdite dans le pays depuis 1961, mais elle persiste dans les régions les plus rurales.

Rappelons que la situation des femmes en Inde est critiquable à bien des égard. Le poids de la religion et des traditions, ainsi qu’un déséquilibre considérable de la relation homme-femmes, mettent en danger leurs droits fondamentaux. Pratique de la dot, infanticides, viols, prostitution, la femme indienne souffre de discriminations et voit ses libertés atteintes au quotidien.

​En témoigne l’enquête de la Fondation Thompson Reuters publiée en 2011, selon laquelle l’Inde est le quatrième endroit le plus dangereux au monde pour les femmes

Voir aussi : Les violences faites aux femmes

Découvrez les campagnes choc contre les violences faites aux femmes © Plan UK 2014/Yves Karew 2011/King Khalid Charitable Foundation 2013
par Madeleine Saliceti 403 partages

vous aimerez aussi

par la rédaction d'aufeminin
par la rédaction d'aufeminin